Crédit auto, la stabilité des taux

Alors que l’on entend un peu partout que la baisse des taux est de rigueur, les crédits à la consommation et les taux de crédit auto affichent des taux légèrement supérieurs à ceux du début d’année. Même si ces taux restent historiquement bas ils n’ont pas profité de la baisse généralisée que l’on peut constater pour le crédit immobilier par exemple.

il faut savoir que les banques et les organismes de crédit fixent leur taux d’intérêt à leur convenance, la seule limite est le « taux d’usure » qui est le taux maximum légal applicable dans le cadre d’un crédit au particulier. Ce taux d’usure n’est atteint que pour certain crédit renouvelable (ex. réserve d’argent ou credit revolving) mais son utilisation pour financer une voiture n’est pas conseillée hormis pour des montant inférieur à 2000 euros pour lesquelles on peut trouver des taux promotionnels intéressant tout en profitant d’un crédit très souple d’utilisation. Ce type de crédit a été très règlementé par la loi Lagarde de 2011 et l’établissant de crédit est dans l’obligation de vous proposer un prêt consommation classique en parallèle et vous laisser le choix entre les deux. La conséquence c’est que les volumes de ces crédits ont fortement baissé depuis cette date.

Ces nouvelles contraintes sur le marché très concurrentiel du crédit ont peut-être joué en faveur de la stabilité des taux dans un marché en baisse, une augmentation des coûts de financement ayant compensé la baisse pour aboutir à la stabilité.

Si vous souhaitez faire l’acquisition d’une nouvelle voiture pour pour 2013 sachez qu’il risque d’y avoir encore quelques changements, le gouvernement annonce déjà la tendance par son ministre de l’économie « Nous voulons agir pour redéfinir les frais bancaires, pour juguler ou limiter le crédit revolving ». Il est toutefois intéressant de noter que contrairement à la pensée généralement véhiculé par les médias, les études de la Banque de France montrent que la progression du taux d’endettement des ménages est aujourd’hui essentiellement imputable aux crédits immobiliers et non aux crédits consommations. Ce serait même l’inverse, la part d’endettement lié aux crédits à la consommation est assez stable sur ces dernières années avec une tendance baissière depuis fin 2010. Si vous pensez financer votre voiture avec un crédit auto classique, cette réforme ne devrait pas changer grand chose, en revanche pour les petits montants il faudra certainement s’attendre à un durcissement des conditions d’octroi de crédit l’année prochaine.

Les commentaires sont fermés.